Biographie

Né le 7 septembre 1929 à Hoboken (Anvers, Belgique), Jacques Zimmermann doit affronter en 1941 la mort brutale de son père, le docteur Jules Zimmermann et la rupture avec son enfance (Jef Geeraerts, Gangreen III) (son plus proche ami était le futur écrivain Jef Geeraerts). Il s'installe un an plus tard avec sa mère à Bruxelles. C'est là qu'il découvre les paysagistes flamands et hollandais. Il entame des études de dessinateur à l'Institut Saint-Luc (« Dossier de presse » [PDF], sur globalcube.net).

Après la guerre, il commence à exposer à la librairie-galerie Saint-Laurent de Philippe-Edouard Toussaint, où se retrouvent de nombreux jeunes artistes novateurs (Léopold Plomteux, Jo Delahaut, Jean Milo, Camiel Van Breedaem, Jacques Lacomblez, Marie Carlier, etc.), jusqu'à ce qu'il réponde à la petite annonce de deux anciens membres du « Théâtre Flottant » de Marcel Cornélis (Jacques De Decker, « Mort du fondateur du Théâtre de la Ville de Bruxelles, Marcel Cornelis », Le Soir,‎ 19 octobre 1991 (lire en ligne)), Monique Heckmann et Pierre Saffre (« Antoine et le Cirque - Théâtre flottant »), cherchant un collaborateur pour leur tournée de marionnettes au Congo belge.

Jacques Zimmermann dans l'atelier, en 1949
Monique Heckmann et Jacques Zimmermann

Ce long séjour d'un an au Congo va marquer l’œuvre de Jacques Zimmermann, moins par la rencontre de l'art africain que par la nature exubérante qu'il découvre au gré de la tournée, et qui restera une source récurrente d'inspiration (« Jacques Zimmermann », sur Éditions Syllepse).

Après son retour, il est nommé professeur de composition en dessin à l'Institut secondaire de Saint-Luc, tandis qu'il découvre grâce à Jacques Lacomblez le mouvement Phases d'Edouard Jaguer, qu'il rejoint dès 1957 (« Dossier de presse » [PDF], sur globalcube.net). ​

Il se marie avec Monique Heckmann et ils ont un fils, Pierre, en 1959.

Durant les années 1960 et 1970, il mène une triple carrière de peintre, professeur de dessin et marionnettiste (au sein du « théâtre des Galopins », théâtre pour enfants itinérant, jouant dans les écoles de Bruxelles et Wallonie, et dont il est l'un des fondateurs (« 2 fiches trouvées pour "Théâtre des Galopins" », sur http://www.aml-cfwb.be)). Le poids de cette triple activité est l'une des raisons de l'interruption presque totale de sa carrière de peintre entre 1974 et 1979.

Dans les années 1980, l'activité de marionnettiste s'allège et se déplace vers la télévision. Jacques Zimmermann est ainsi le manipulateur de Groucha, la marionnette vedette de l'émission Téléchat (« Téléchat - Saison 1 ») d'Henri Xhonneux et Roland Topor.

Durant ces années, il expose essentiellement à l'International Art Gallery de Lasnes. En 1990, il participe à l'exposition « Phases-Belgique », à Mons, aux côtés des anciens collaborateurs de la revue Edda.

Diverses illustrations de Jacques Zimmermann
Jacques Zimmermann, entre tableau et assemblage

Sa carrière de peintre prend peu à peu le dessus, alors que s'achève sa carrière de marionnettiste, puis, en 1994 , d'enseignant. Depuis, il continue son œuvre dans son atelier de Beersel, au sud de Bruxelles. En 1996, une rétrospective de son œuvre est organisée à la maison communale de Schaerbeek (Jacques Zimmermann, Itinéraires (Catalogue d'exposition)).

En 2014, il est le récipiendaire du Prix Gaston Bertrand, récompensant « un peintre belge de 45 ans au moins, ayant sa démarche propre et ses moyens inventés par lui, pour rendre visible son monde intérieur ». À cette occasion a lieu une grande rétrospective au Centre d’art du Rouge-Cloître (« Jacques Zimmermann - Lauréat du Prix Gaston Bertrand »).

 

Brief biography

Jacques Zimmermann (born September 7, 1929) is a Belgian painter, member of the Royal Academy of Belgium since January 2001, winner of the Gaston Bertrand Prize 2014 and member of the Phases movement since 1957. Professor of drawing at the Saint-Luc Institute (Théâtre des Galopins, Téléchat (1st season)), theater designer (Théâtre national de Belgique, Théâtre royal du Parc) and cartoonist (Pourquoi pas ?).

Apart from the dominant currents of contemporary visual arts, Jacques Zimmermann distinguishes himself by his rootedness in the history of painting (Joachim Patinier, Dutch Still Life, William Turner, etc.) while affirming his proximity to contemporary movements such as lyrical abstraction (Hans Hartung, Karl-Otto Götz) and surrealism (Max Ernst, Yves Tanguy).

Jacques Zimmermann à l'exposition du Rouge-Cloître en 2014